Le forum de Brasparts

Bienvenue sur le forum de Brasparts
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
CalendrierCalendrier
Sujets similaires
Derniers sujets
news

Partagez | 
 

 Saint Jaoua, premier recteur de Brasparts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Patrice Ciréfice
super posteur
super posteur
avatar

Nombre de messages : 3413
Localisation : Brasparts
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Saint Jaoua, premier recteur de Brasparts   Dim 13 Sep - 11:35

L'antique paroisse de Brasparts (Bratberth) fut fondée au Vième siècle sous Clovis. Selon Albert le Grand, vers l'an 520, Judulus, abbé de Landévennec, soucieux de nommer un recteur à Brasparts, paroisse réputée païenne, envoya JAOUA, neveu de St Pol Aurélien (St Pol de Léon).



En 1698, le recteur de Brasparts, qui venait de prendre sa charge, entreprend un voyage à Plouyen "pour la recherche des reliques de St Jaoua qui avait été recteur de Braspars". Nous ne connaissons pas le résultat de ce voyage, mais le fait est relaté dans le compte de la fabrique Saint Tujan par le marguillier de l'époque, Christophe Le Quiniou. Ce n'est que deux siècles plus tard que Brasparts recevra en grande pompe les saintes reliques...
Que savons-nous de notre premier recteur?

1. Jeunesse

La mère de Saint Jaoua était une soeur de Saint Pol Aurélien; on le croit né tout à la fin du Vème siècle en Bretagne insulaire ou en Irlande. C'est à son oncle que fut confiée l'éducation de Jaoua, qui reçut un acceil particulièrement chaleureux. Jaoua, enfant précoce et doué, “employa si bien le temps, que, dans peu d'années, il devint parfait Philosophe et bon Théologien”.

Sa formation achevée, il revint dans son pays, où son père, cherchant à l'installer dans le monde, lui offrit un train de vie en conséquence. Jaoua, “prévenu de l'Amour de Dieu”, lui tut sa résolution de se donner au Christ. Ayant appris que son oncle Pol, venu en Armorique, avait débarqué à Ouessant, Jaoua “résolut aussitôt de se transporter vers luy et de quitter son pays et ses parents”: il affrète un bateau, s'embarque secrètement et fait voile vers la petite Bretagne.

2. L'engagement religieux

La tempête le poussa jusqu'au fond de la rade de Brest, à l'entrée de l'estuaire du Faou. Il y rencontre Judulus, abbé du monastère de Landévennec où il le suit; attiré par la vie des moines, il demande à son hôte de l'intégrer dans la communauté..

Pol, devenu évêque, le prend avec lui et lui confére les ordres. Avant de le renvoyer à Landévennec. Judulus le chargea d'aller évangéliser le pays de Brasparts, où subsistaient des restes de paganisme. Jaoua accepte par devoir d'obéissance et Judulus décide de l'accompagner avec un autre moine, Tadec.

Dom Lobineau nous dit que Jaoua trouva à Brasparts “beaucoup de difficultez, à raison que les Paroissiens, mal-instruits et peu catéchisez, se rendoient difficiles à gouverner”: Jaoua, patient avec les uns, violent parfois avec les autres, les prêchait, les enseignait, les catéchisait, soucieux de les évangéliser, de leur montrer la voie du Seigneur.

“Il y avait, parmi la Cornouaille, plusieurs qui se ressentaient encore des superstitions des Païens; saint Jaoua fit tant qu'il les réduisit au vrai et droit chemin de salut”

3. Le meurtre de Tadec et Judulus

Pendant ce temps, Judulus et Tadec poursuivent leur mission d'évangélisation du pays du Faou;le seigneur du Faou accumulait les rancoeurs contre ces saints hommes, ressentant les conversions à la foi chrétienne comme un affront personnel.

Apprenant qu'une assemblée des abbés de Cornouaille devait se tenir à proximité de ses terres, il rassemble ses hommes, se précipite au dit lieu de réunion (Daoulas), enfonce les portes de l'église, massacre Tadec qui célébrait la messe et nombre de moines présents; il rejoint ensuite Judulus qui avait réussi à s'enfuir et lui tranche la tête; seul Jaoua parvint à s'échapper...

C'est dans la première église de Brasparts que Jaoua célèbre les funérailles de ses amis. Les reliques de Judulus et Tadec auraient été inhumés dans l'autel, comme cela était de tradition...



4. La punition divine

Dieu ne laissa pas le crime impuni: tout le pays du Faou fut terrorisé par un animal monstrueux, tant et si bien que la population finit par faire appel à Saint Pol.

Pol se mit en chemin, parvint à dompter l'animal, qu'il amena, encordé, jusqu'à l'île de Batz pour en débarrasser le pays. Mieux! Il convertit le chef, le baptisa, lui demanda de fonder, en réparation, un monastère à l'endroit du meurtre, d'où le nom de “Daoulaz”, le double meurtre, qui resta à cette abbaye: ce fut Jaoua qui en fut le premier abbé tout en conservant sa recteurie de Brasparts.

Jaoua avait appris la venue de son oncle et s'était porté à sa rencontre près du Faou: “saint Pol, s'apercevant que Jaoua et ses compagnons avaient grand soif, se mit en prières, en fit faire autant à tous puis commanda à saint Jaoua de frapper la terre de son bourdon, en certain endroit qu'il lui montra. Il en jaillit une belle source dot ils étanchèrent leur soif”.



5. Jaoua quitte Brasparts et Daoulas pour rejoindre Pol.

Le diable, nous raconte Albert le Grand, jaloux de la notoriété croissante de Jaoua, suscita de méchants garnements pour l'importuner sans cesse dans sa vie quotidienne: notre saint abbé, « ne trouvant ny repos ny patience », épuisé par des nuits sans sommeil, par la méchanceté gratuite de ces mauvais garçons, finit par résilier son poste et le confia à Tusveanus, fils d”un puissant seigneur de Cornouaille, et cousin du seigneur du Faou. Tusveanus devint sans doute Tusan puis Tujan.

Il devint alors abbé de l'abbaye de Daoulas qu'il quitta au bout de quelques années, en confiant la direction à Tugen, pour répondre à son oncle qui se sentait vieillir et avait besoin d'aide. Il l'assista deux ans. Pol, alors, démissionna; et ce fut Jaoua qui prit sa succession au siège de Léon.



6. Retour à Brasparts et mort de Jaoua

Quelques années plus tard, une famine s'étant déclarée dans le pays du Faou, les gens, qui s'étaient montrés assez durs pour Jaoua, y virent un châtiment divin et lui demandèrent secours. Pardonnant à ses anciens persécuteurs, il vint sur place et ses prières obtinrent la fin du fléau: “la terre commença à reverdir et à pousser fleurs et fruits à foison”.

Revenu à Brasparts pour passer un moment parmi ses anciens paroissiens, Jaoua sentit que sa fin approchait. « Dieu le voulant enfin récompenser des longs travaux qu'il avait glorieusement surmontés pour sa gloire permit qu'une forte fièvre le surprit en son presbytère de Brasparts, qui l'affaiblit grandement et qui peu après le coucha au lit de la mort. »

Son oncle, averti en songe de la maladie de Jaoua, en avisa saint Kenan, recteur de Plouguerneau qui vint l'assister dans ses derniers instants. Jaoua trépassa le 2 mars 554, non sans avoir reçu les sacrements, donné bénédiction à ceux qui l'assistaient, recommandé que l'on mit son corps sur un brancard neuf, et qu'on l'enterre là où les bêtes qui le portaient s'arrêteraient.

Suivant le désir exprimé, son corps fut mis sur un chariot et on laissa aller les boeufs jusqu'à rupture de l'attelage.



C'est à cet endroit, nommé Porz ar C'hroaz qu'il fut enterré, à deux pas de Plouvien. On y éleva un tombeau, et autour du tombeau, une chapelle. Une nouvelle chapelle, très belle, remplaça la première en 1567.



7 Les reliques de saint Jaoua.

En 1897, à la demande du curé de Saint Pol, en présence de dignitaires ou de représentants de l'évêché (dont l'abbé Abgrall), des fouilles furent entreprises dans la chapelle; le sarcophage de pierre fut retrouvé, contenant toujours quelques ossements de Jaoua. Des reliques, avec des garanties d'authenticité, furent remises à Brasparts, à Saint Pol, à Plouvien et à l'évêché; le reste fut redéposé dans le tombeau.

Le 6 mars 1898, une cérémonie dut célébrée en l'honneur des reliques de saint Jaoua. « La cérémonie était présidée par deux anciens recteurs de la paroisse: M. le chanoine Guillauma, curé de Taulé, qui chanta la messe, et M. Duclos, aumônier des Ursulines de Morlaix qui, dans un beau panégyrique, religieusement écouté, montra ce que fut saint Jaoua, comme moine, pasteur et évêque.
L'assistance, considérable dès le matin, était, le soir, augmentée par toute la population des paroisse avoisinantes, accourue pour assister à la procession solennelle. .. Précédée d'un nombreux cortège, ..., la sainte relique, portée par quatre prêtres en chasuble, a parcouru les rues du bourg, avant de prendre, à l'église paroissiale, la place d'honneur qui lui est réservée. » (in « La Semaine Religieuse de Quimper et Léon », 1898, n°11, p170) 

Parmi les nombreux dons du vicomte René de Kerret, bienfaiteur de Brasparts, les visiteurs de notre église peuvent encore admirer le beau reliquaire qui contint les reliques du saint.




Si saint Jaoua, n'est plus aujourd'hui le saint titulaire de Brasparts, il y fut toujours honoré. Il y eut autrefois deux tableaux dans la chapelle Sainte Anne; sur l'un d'entre eux était écrit « ST IOVA RECTEVR DE BRASPART et PREMIER ABBE DE DAOVLAS ». Sur le premier, le saint était vêtu en prêtre, sur le second en évêque. J'ignore ce qu'ils sont devenus...

.

Sources:
Albert le Grand, “La vie des saints de la Bretagne Armorique” (réédition de 1837)
dom Gui-Alexis Lobineau, “Les vies des saints de la Bretagne” (1724)
Joseph Chardronnet, “Le livre d'or des saints de Bretagne”, Armor-éditeur, 1977)
Carnet du recteur Nicolas Bourvon, « Vie de Saint Jaoua » (archives diocésaines)
Chevalier de Fréminville, Antiquités de la Bretagne
Yann-Vari Perrot, “Buez ar Zent”, Montroulez, 1911
an aotrou Madigo, “Buhez Sant Jaoua”, (1927)
Sant Jaoua, escop, in « Buhez ar Zent » (An eil devez a viz meurz) (1914)
Marguerite Le Roux, “La chapelle Saint Jaoua”, notice(2006, association Bual Sant Jaoua)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=padraig1
Patrice Ciréfice
super posteur
super posteur
avatar

Nombre de messages : 3413
Localisation : Brasparts
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: Saint Jaoua, premier recteur de Brasparts   Sam 3 Oct - 12:35

Pour ceux qui le souhaitaient, voici le texte breton de la vie de Saint Jaoua, texte écrit en 1911 par l'abbé Jean Marie Perrot.

Sant Jaoua, Eskob Bro-Leon.

Jaoua a oa ginidik eus an Iverzon; ober a reas e studi gant sant Paol e Breiz-Veur ha diskenn a eure gantan e Breiz-Izel; douara rejont e bro Talmeze. Bez e oa ganto beleien ha menec'h. Er vro-ze e oa neuze eur c'hoat bras; sant Paol hag e ziskibien a zavas ennan peb hini e beniti.
Jaoua en devoa savet e hini e tal eur feunteun, dour-sklear en garreg o redet anezi. Goasa pez a oa an eienen-ze a oa perc'hennet gant eun all, eur c'hole gouez hanvel, amboubal (bubalus) et skridou koz, hag al loan-ze ne oa ket e chal da ranna gant den, e beadra. Peniti Jaoua a lakeas anezan da egari. Epad m'oa eat ar manac'h da bedi gant e vreudeur, hen gant e gerniel a ziskaras mogeriou taoualc'h e amezok hag a zismantras e doen skourrou. Ar manac'h on dizro, a adsavas e di; an amboubal, kounnaret goasoc'h goaz, hen diskaras eun eil gwech.
Daou vreton oant o daou, pennou kalet eta; hini ebed anezo ne c'houlenne plega.
Peder gwech oa bet savet ar peniti, ha peder gwech on bet freuzet. Jaoua, skuiz, a reas e glemmou ouz sant Paol: “Ro d'in da lochen eine henman, ha kemer va hini.”
Diouz an abardaëz, an amboubal pa welas an den santel var bennon e zaoulin dirak al lochen, a c'hourvezas lostok e harz e dreid. Paol a reas sin ar groaz varnan: tec'het a reas e dounder ar c'hoat hag abaone ne oue gwelet doare chet d'ezan ken.
Goude beza tremenet eur pennad er vro-ze a hanver abaoue Lambaol-Witalmeze, Jaoua da heul e vestr hag e genvreudeur a dreuzas an Aber-Benniget hag an Aber-Wrac'h hag a zigouezas e Kastel.
Eno sant Paol a oue great eskob Leon, ja Jaoua a roas an dourn d'ezan da astenn dre ar vro rouantelez Jezuz-Krist. Hanvet e oue da abad e manaki Ak, ha goudeze e manati Baz.
Hag evel m'oa bet mat ha karantezuz evel Jezuz-Krist, etouez an dud m'oa bet o kelenn, e oue habask hag izel a galon etouez ar venec'h, e vreudeur, en devoa da ren.
Sant Paol, deuet da veza kabac'h, a c'hoanteas rei an dilez eus e garg, hag a zibabas Jaoua da bignat en e gador. Mes a veac'h ma oa bloaz abaone m'oa azezet varni, ma nijas da gemeret e ziskuiz e baradoz an Aotrou Doue, o lezel er c'haonv hag er goelvan sant Paol a garie anezan evel e vab, hag ar bobl m'oa bet evitan, abaoue e yaounkiz, eur skouer da welet hag eun drugar da glevet.
Korf sant Jaoua a oue sebeliet e Plouvian, ha diveza-toc'h e oue savet eur chapel var e vez.

(in Yann-Vari Perrot, “Buez ar Zent”, Montroulez, 1911)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=padraig1
Patrice Ciréfice
super posteur
super posteur
avatar

Nombre de messages : 3413
Localisation : Brasparts
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Le prénom de Jaoua à Brasparts   Dim 24 Juil - 13:14

Une question m'a été posée quant au nombre de Braspartiates ayant porté le prénom de Jaoua ...
Les registres des baptêmes de Brasparts ne nous permettent d'en identifier que 4 jusqu'à la Révolution :
- Jaoua Le Famer, né le 15 mars 1698, fils de François et de Marie Le Bihan, qui épousera Marie Le Velly à Lopérec le 28 février 1726 ;
- Jaoua Marnan, né le8 juin 1698, fils de Jean, capitaine d'armes, et de Françoise Lidou, qui épousera Jeanne Le Roux le 16 octobre 1720 à Pleyben ; décédé à Brasparts le 7 avril 1763 ; il sera lui-même le parrain de
- Jaoua Bertaouvez (ou Bertaoues, ou Berthoas), né le 6 juillet 1718, fils de Marc et de Louise Marnan ;
- Jaoua Lidou, né le 2 mars 1703, fils de Herry et de Urbaine Le Bour, qui épousera Marie Pichon le 10 février 1728 à Brasparts ; décédé à Brasparts le 29 janvier 1730.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=padraig1
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Saint Jaoua, premier recteur de Brasparts   

Revenir en haut Aller en bas
 
Saint Jaoua, premier recteur de Brasparts
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Jaoua, premier recteur de Brasparts
» Saint Caduan
» Souvenirs de classe à Brasparts
» Saint Antoine et son cochon
» Journée du "Terroir Brasparts-Saint-Rivoal" le 6 octobre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de Brasparts :: un peu d'histoire :: Mémoire des Braspartiates-
Sauter vers: