Le forum de Brasparts

Bienvenue sur le forum de Brasparts
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
CalendrierCalendrier
Sujets similaires
Derniers sujets
news

Partagez | 
 

 René Caro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yann



Nombre de messages : 3
Localisation : Lannedern
Date d'inscription : 13/08/2009

MessageSujet: René Caro   Ven 14 Aoû - 11:44

Les évènements du 28 juillet 1944 à Lannedern
La Mort de René Caro


À cette date, les Américains sont aux portes de la Bretagne qu’ils cherchent à prendre au plus vite pour s’accaparer des ports de haute mer pour désengager le Cotentin.
-Prendre Saint-Malo, Brest, Lorient et créer un port artificiel dans la presqu’île de Quiberon. Cela est essentiel pour l’acheminement des hommes, du matériel et surtout du carburant pour poursuivre l’invasion.
L’état-major allemand ayant repoussé l’idée d’un débarquement sur la Bretagne craint cependant de grosses opérations aéroportées dans les Monts d’Arrée, ainsi la II division parachutiste commandée par Ramcke est acheminée dans le Centre Finistère (à compter du 12 juin). Cette division d’élite fortement éprouvée sur le front russe a été reformée en mai 1944 en faisant appel au volontariat de jeunes allemands de 18 / 19 ans. Dès son arrivée, elle ne cessera de parfaire son instruction en vue des combats futurs. La population des bourgs environnants est réquisitionnée pour creuser des tranchées : à l’ouest de Brasparts – près du lac de Nestavel.
Les partisans FFI et FTP de la région ne restent pas non plus l’arme au pied. Un maquis s’est formé dans le bois de Bodriec au nord de Lannedern et François Le Boulch du Bourg le ravitaille en pain.
Suite à l’appel de la BBC et à la livraison d’armes, les maquis deviennent fébriles. La libération du pays breton est annoncée.
Déjà courant juin, deux parachutages avaient eu lieu à Lorziou en Plonevez(Men ar Rosaro) : la 1e fois un avion avait largué sept containers d’armes. La 2e fois, 3 avions avaient livré de quoi remplir 10 charrettes. Il avait fallu faire appel à tous les paysans du coin pour acheminer ce précieux chargement sur les hauteurs ouest de Brasparts en passant par le bourg de Lannedern.

Notre histoire peut commencer :
Lannedern – dans la soirée du 27 au 28 juillet 44, 5 partisans viennent occuper la dernière maison du bourg en montant sur Loqueffret. Cette maison appartient à Pierre Le Boulch, boulanger. C’est François, le fils, qui les accueille. Il y avait là : Jérôme Pouliquen dit « Jim » de Brasparts , Keruzoré de Plonévez, Corbel de Collorec, Jean Cadiou (séminariste) de Dineault, René Caro (normalien) de Redon.



La famille de René Caro est originaire de Lannedern, mais son père employé des chemins de fer avait émigré à Redon avec sa famille. René, normalien, 1er prix au conservatoire de clarinette était réfractaire au STO et était venu à Lannedern se faire oublier chez sa tante Mme Le Bihan, tenant une épicerie au bourg. Sa sœur Jeanine l’avait accompagné pour aider sa tante au commerce.
Depuis les parachutages de juin, nos résistants étaient équipés de tenues et d’armes anglaises. D’après les lois de la guerre, ce n’était plus des terroristes, mais des combattants à part entière puisqu’ils portaient ouvertement une arme et un uniforme. Ce fait primordial aura une importance dans la suite du récit.

Ces maquisards sont au repos mais avec une idée derrière la tête : faire de cette maison le poste de commandement du bataillon. Fini de se cacher dans les bois, la libération approche, il est temps d’apparaître au grand jour.
Au lever du jour, le jeune François Le Boulch, 18 ans, va réveiller nos hommes quand il aperçoit des soldats allemands descendant la route du bourg. Aussitôt, il prévient ses amis qui s’éparpillent dans la nature. Lui, inconscient, rentre tranquillement chez lui.
Si François avait bien expliqué la topographie des lieux à tous les acteurs de ce drame, cela était sans compter sur le manque total du sens de l’orientation de René. En effet, à bien des reprises, lors des déplacements clandestins, François avait observé que son camarade avait beaucoup de mal à s’orienter. De plus un réveil brutal, un brin de panique, voilà tous les ingrédients pour arriver au drame.
Chacun fuit de son côté, certains sous les balles. Ainsi Jean Cadiou, en prenant plein sud avec Keruzore et Corbel est atteint superficiellement au tibia. Une chasse à l’homme commence malheureusement aidée par la rosée du matin. Pour ces 3 hommes, elle ne s’arrêtera qu’à Penhuil faute de traces. Jean-Yves Conan et son fils Roger, en coupant du trèfle, ont vu une patrouille de 5 à 6 hommes suivant des traces vers les 7 heures sur les hauteurs de Ti Cras.
Quant à Jim, par un heureux coup du sort, en prenant plein est, il est passé à travers le dispositif allemand.
René Caro, lui, a choisi la mauvaise direction, il tombe nez à nez avec l’ennemi qui le tire à bout portant. René est mort. Son corps est traîné près d’un tas de fagots jouxtant la maison et les questions commencent. Qui le connaît ? est-il du bourg ? etc… Henri Goacolou est amené près du corps : il nie le connaître, il n’est pas d’ici, c’est un uniforme qu’il ne connaît pas. Jeanine, sa sœur, se tait, si elle montre son émotion, les représailles seront terribles.
Tous les hommes valides sont regroupés. Les Allemands les ont raflés de Croas A Hars à Roch Vern et alignés contre un mur entre deux maisons. Personne ne parle sous les questions de 2 allemands parlant français.
François et son père sont du lot, ainsi que Georges Guedes (16ans) et son frère Yves (23ans). Les paras allemands sont jeunes, le même âge qu’eux, mais on ne lit rien dans leurs yeux. Un ordre et ils tireront. Cet ordre ne viendra pas.
Et la fouille commence. Les hommes sont fouillés, les maisons visitées, l’épicerie Le Bihan pillée, le cochon du pardon de Sainte Anne égorgé et chargé dans un camion. Et les otages toujours sous la menace des armes : avenir incertain.

Le feu est mis au tas de fagots, à proximité repose René Caro. Le feu enveloppant René se propage à la maison où il y a quelques heures à peine, de jeunes hommes rêvaient de liberté.



Ne trouvant rien, les Allemands se lassent, mais il leur faut des otages. François et son père sont amenés ainsi que Georges et Yves Guedes.
On peut comprendre le pourquoi de la prise d’otage de François et de son père : la maison leur appartenait mais pourquoi Georges et son frère. Georges d’esprit-curieux avait toujours dans ses poches un véritable bric à brac. Ce matin-là, il avait un morceau de papier indéchiffrable aux yeux des interprètes, il était donc suspect.

Le périple des otages dura toute la journée : Le Cloître Pleyben, Plonevez, Brasparts, Saint Rivoal, Saint Sauveur. À chaque endroit, des « suspects » sont amenés. Arrivés à Sizun, ils étaient 25 ou 27, débarquement à l’entrée de la ville, colportage du pillage,des prises de guerre et internement dans l’école. Nouvel interrogatoire correct par un officier ou un sous-officier parlant français : personne ne connaissait les « terroristes » .
« Ramassés » le vendredi, Yves et Georges Guedes avec Queffelec (Plonevez) et Guichou (ancien instituteur à Lannedern), seront libérés le dimanche matin. Pour François et son père ce sera plus long.
Un matin, Francois est étonné par le calme qui règne dans leur lieu de détention : les parachutistes sont partis, ils sont sous la garde de deux vieux soldats qui leur disent de s’en aller.
Nous sommes aux alentours du 8 août 1944. Morlaix est tombé aux mains des Américains et de la résistance. Pour les allemands, une seule échappatoire : tenir Brest et la presqu’île de Crozon.

Hasard ou dénonciation :

D’après tous les témoins du drame, ces événements sont le fruit du hasard. Les parachutistes allemands de la deuxième division étaient tous très jeunes encadrés par des officiers et sous officiers rescapés de Crête, d’El Alamein en Cyrénaïque, de Rome et de Russie. Sous la conduite de leur chef, ils parfaisaient leurs instructions.
Le pire fut évité sans doute car nos soldats de l’ombre portaient un uniforme anglais et qu’aucun d’entre eux n’a pu répondre aux questions des Allemands : René Caro a été tué sur le coup, les autres ont disparu dans la nature.
Enfin, l’accès de la maison en haut du bourg aurait pu se faire de nuit par ces partisans sans que personne ne le remarque. Georges Guedes ignorait leur présence. C’est peut-être ce que les Allemands ont pensé. L’attitude courageuse de la population, qui niait connaître ces hommes, a contribué à éviter un drame plus important.
Petite anecdote qui a son importance : la quasi-totalité des postes TSF du bourg et d’ailleurs affichait la BBC. Heureusement personne n’a eu l’idée de brancher un poste.
Jean Cadiou blessé lors des événements ne sera pas prêtre, il épousera Jeanine, la sœur de René et s’engagera. Il tombera malade à son retour d’Indochine et décédera.
Keruzoré de Plonévez du Faou s’engagera et sera tué lors de la campagne d’ Alsace en 1945.
François Le Boulch, comme son père, sera boulanger à Lannedern. Il reste toujours très vaillant à 84 ans bientôt, je lui dois ce récit.
Geordes Guedes habite toujours à Lannedern en face de chez François. Lors de notre rencontre, il relata les faits avec émotion et une très grande précision.
Que sont devenus Jim et Corbel ?

Remerciements :
François le Boulch, Georges Guèdes, François Le Corre+ et Roger Conan.


Dernière édition par Yann le Mer 26 Aoû - 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patrice Ciréfice
super posteur
super posteur
avatar

Nombre de messages : 3413
Localisation : Brasparts
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: René Caro   Ven 14 Aoû - 12:04

Merci Yann pour ce récit émouvant et très complet; voilà un document particulièrement intéressant pour les jeunes générations! et pour nous même!
Jérôme Pouliquen est décédé à Irvillac en 2002; il venait régulièrement à Brasparts où il était né; il commandait aussi le groupe qui intervint à Irvillac lors du retour vers Brest de la compagnie allemande qui libéra des paras allemands à Brasparts le 16 août 1944. On retrouve son nom dans pas mal d'évènements de l'époque...
Pierre Thomas, vice-président des anciens combattants de la section de Brasparts, m'a remis un document qui contient d'autres témoignages sur cet épisode et je les mettrai également en ligne sur le forum. Cette histoire appartient à tous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=padraig1
Yann



Nombre de messages : 3
Localisation : Lannedern
Date d'inscription : 13/08/2009

MessageSujet: Re: René Caro   Mar 30 Mar - 19:03

Un complément d' informations concernant la mort de René CARO.
témoignage de madame GUENOLE Paulette,fille de J.L BIDEAU.
Reprenons le récit de François LE BOULCH:
"...Le feu est mis au tas de fagots,à proximité repose René CARO.Le feu enveloppant René se propage à la maison où il y a quelques heures à peine, de jeunes hommes rêvaient de liberté..."
Ne trouvant rien, les Allemands se lassent et décident de partir en interdisant formellement à la population de déplacer le corps, donc de le soustraire aux flammes.Un homme ne comprend pas cette situation et cela le révolte.C'est un ancien soldat de marine,un ancien du TONKIN,le facteur de LANNEDERN:Jean Louis BIDEAU. Dès le départ des parachutistes, il éloigne le corps des ravages des flammes et le fait porter chez madame LE BIHAN.
Dans la soirée, des Allemands passent mais ne s'arrêtent pas...De la maison, il ne reste que des cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg29



Nombre de messages : 30
Localisation : Quimper
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: battaillon René Caro   Mer 23 Juin - 18:49

J'ai le frère de ma grand mère qui a participer au bataillon René caro, il s'agit de Jean Louis Cornec de Rosnoën.

Quelqu'un peut on me donner des informations la dessus?

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yvonne QUIMERC'H
mordu du forum
mordu du forum
avatar

Nombre de messages : 340
Localisation : BRASPARTS
Date d'inscription : 25/04/2009

MessageSujet: Re: René Caro   Mer 23 Juin - 20:41

Roger DANIEL pourrait sans doute te donner des renseignements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno
Invité



MessageSujet: Recherche état de services Bataillon René CARO et toute info sur J.L. QUINIOU   Lun 9 Aoû - 20:56

Bonjour,
Je ne l'ai pas connu et ai peu d'information sur lui, mais je sais grâce à une toute petite carte FFI-FTP du Finistère, que mon grand père Jean-Louis QUINIOU, habitant Hanvec, mais né à Plonévez du Faou, était agent de liaison au bataille René CARO (incorporation : novembre 1942; date d'affectation au bataillon : 8 août 1944). Il était quartier maître fusilier marin et en disponibilité depuis le sabordage de la flotte à Toulon. Un ancien du bataillon l'aurait-il connu ? Et quelqu'un sait-il s'il est possible de trouver le journal de marche du bataillon René Caro, ou un document équivalent. On trouve en effet, très, très peu de choses sur ce bataillon.
Merci par avance.
Bien cordialement
Bruno QUINIOU
Revenir en haut Aller en bas
Patrice Ciréfice
super posteur
super posteur
avatar

Nombre de messages : 3413
Localisation : Brasparts
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: René Caro   Mar 10 Aoû - 7:38

Bonjour Bruno,
Si vous êtes en Bretagne actuellement, je crois qu'une bonne solution serait de venir lundi 16 août aux deux commémorations qui se dérouleront successivement à Brasparts, devant le Monument aux Morts, à 11h, puis devant la stèle du Nivot, en Lopérec, à 11h30. Ces cérémonies seront suivies d'un vin d'honneur à l'école du Nivot.
Ce sera là une occasion privilégiée de rencontrer les derniers et rares anciens du bataillon René Caro toujours présents parmi nous. Et bien évidemment de leur poser toutes les questions que vous souhaitez...
Ma réponse vaut aussi pour Greg s'il n'a pas encore trouvé la réponse à sa question...
bien cordialement
patrice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=padraig1
QUINIOU



Nombre de messages : 1
Localisation : Ville d'Avray
Date d'inscription : 09/08/2010

MessageSujet: Re: René Caro   Mar 10 Aoû - 19:47

Bonsoir Patrice et merci beaucoup pour votre réponse.
Dans les Landes ce WE, je ne pourrais malheureusement pas participer à ces 2 cérémonies.
C'est bien dommage.
Très cordialement.
Bruno
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg29



Nombre de messages : 30
Localisation : Quimper
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: cérémonie du nivot   Ven 13 Aoû - 19:15

Je voudrais savoir jusque quelle heure durait la cérémonie si il y avait quelque chose l'après midi? car je peux etre la vers 15h.

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patrice Ciréfice
super posteur
super posteur
avatar

Nombre de messages : 3413
Localisation : Brasparts
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: René Caro   Sam 14 Aoû - 7:08

bonjour greg,
la cérémonie se passe en deux temps:
- une commémoration à Brasparts, à 11h devant le Monument aux Morts, qui comprendra une allocution, une remise de gerbes et une minute de silence,
- une cérémonie devant la stèle du Nivot, en Lopérec, à 11h30,
- un vin d'honneur à l'école du Nivot, moment privilégié où les anciens peuvent témoigner auprès des jeunes.
Il n'y a rien de particulier l'après-midi...
Bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=padraig1
Patrice Ciréfice
super posteur
super posteur
avatar

Nombre de messages : 3413
Localisation : Brasparts
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: René Caro   Mar 21 Déc - 12:43

Merci à Yann pour les deux photos transmises (celle de René Caro et de la Maison Le Boulch incendiée par les allemands: cette seconde photo a été prise par Jean Jord, de Ty an Devet, le jour de l'incendie) qui ont permis de compléter son article et de permettre à tous de mettre un visage sur le nom de ce jeune héros mort si tragiquement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=padraig1
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: René Caro   

Revenir en haut Aller en bas
 
René Caro
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» René Caro
» Une bourgeoisie déracinée ! Par Jean Erich René
» René Civil est libéré
» Isabelle Caro, ex-mannequin, anorexique, et morte
» Ministre de la justice René Magloire en guerre contre les traficants de drogue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de Brasparts :: un peu d'histoire :: Mémoire des Braspartiates-
Sauter vers: