Le forum de Brasparts

Bienvenue sur le forum de Brasparts
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Août 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
CalendrierCalendrier
Sujets similaires
Derniers sujets
news

Partagez | 
 

 Le costume des Hommes de Brasparts (1790-1930)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Patrice Ciréfice
super posteur
super posteur
avatar

Nombre de messages : 3413
Localisation : Brasparts
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Le costume des Hommes de Brasparts (1790-1930)   Jeu 2 Fév - 20:00



Le costume de l'homme vers 1830

dans l'arrondissement de Châteaulin

vu par du Chatelier



«  Les vêtements sont généralement de toile de chanvre et ce n'est que pour les jours de fête que les hommes ont quelques habillements d'étoffe.
L'été et l'hiver, ils portent généralement des sabots dans lesquels ils mettent de la paille et du foin pour garantir le cou de pied; ils ne portent de bas et de souliers que les jours de fête et pendant l'été. Les galoches, ou soques à semelle de bois, commencent à se répandre dans quelques cantons.
Le trousseau des gens de la campagne se compose généralement d'un ou deux habillements complets suivant le degré de leur aisance. Quand ils en ont deux, l'un est en étoffe, l'autre en toile.
L'habillement se compose d'un chupenn ou habit court, d'un gilet descendant très bas, d'une paire de culottes à larges plis, avec des guêtres sans couvre-pieds, soit en cuir, soit en toile. »





Le costume de l'homme vers 1845

vu par le baron de la Pylaie





La couleur brune est dominante chez ceux-ci, presque sans exception: ils ont un chapeau avec de larges bords qui sont plats, mais dont le contour est un peu relevé en dessus. La cuve, assez basse et de forme ronde, est entourée inférieurement d'un ruban en velours noir, qui est accompagné par le bas d'un cordonnet en chenille à couleurs tranchantes, et quelquefois bordé encore d'un second par le haut.
Les cheveux sont longs, ordinairement relevés et contenus sous le chapeau; mais lorsqu'on va à l'église on les détache afin qu'ils puissent tomber librement et flotter sur les épaules.
Ils n'ont point encore de redingotes, mais une grande veste qui descend jusqu'à mi-cuisse, coupée droit par devant dans toute sa longueur: elle a des basques par derrière, dont les plis plus ou moins multipliés remontent jusqu'aux reins; ils sont distants entre eux et partent chacun de l'un des trois boutons qui sont placés sur la taille. Les boutonnières et les boutons sont rouges, afin qu'en tranchant avec la couleur de l'étoffe ils deviennent un ornement. Par derrière il y a deux poches, sur lesquelles retombent une patte transversale garnie de boutons qui correspondent à des boutonnières fendues du haut en bas.
Quelquefois il y a une seconde veste par-dessus celle-ci; elle est ordinairement un peu plus courte.
Le gilet est d'étoffe violette, ou bleue, ou brun foncé, garni de deux rangées de boutons blancs en os ou de cuivre, et toujours croisé; on le laisse seulement un peu ouvert par le haut. Il est serré au-dessous du milieu du ventre par une large ceinture de cuir, au moyen d'une grande boucle en cuivre. Cette ceinture est fort souvent remplacée par un long mouchoir bleu à carreaux qui n'a pas d'attache apparente.
Le bragou-bras n'est plus d'une ampleur bizarre comme à Quimper: il s'est modifié et restreint pour rentrer dans la forme d'une culotte courte, seulement un peu ample; mais celle-ci, par sa largeur uniforme, fait paraître la cuisse de même grosseur du haut en bas. Cette culotte se serre contre les genoux, par des plis courts qui sont rentrants.
Les guêtres sont faits de drap violet, avec deux coutures rouges par derrière, l'une auprès de l'autre; elles ont extérieurement une ouverture sur le côté que ferment quatre ou cinq boutons rouges. Le bas de la guêtre descend toujours de manière à couvrir l'entrée d'un gros sabot qui est bourré de paille. Il est ordinairement orné plutôt que consolidé, en dessus, par un cercle de fer ordinaire ou de fer-blanc, dans lequel l'homme est nu-pieds.
La culotte, qui n'a point de boutons à la ceinture, ne tient qu'au moyen d'une longue cheville en bois qu'on passe dans deux boutonnières placées par devant à la ceinture, vis-à-vis l'une de l'autre. Cette cheville s'appelle ibil ou ibil-bragou.

(...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=padraig1
Patrice Ciréfice
super posteur
super posteur
avatar

Nombre de messages : 3413
Localisation : Brasparts
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: Le costume des Hommes de Brasparts (1790-1930)   Sam 4 Fév - 11:53



Le bragou bras dans les années 1850

Le bragou bras a résisté dans l'Argoat jusqu'au trois quarts du XIXème siècle, demi large et sans plis, jarreté au-dessus du genou et complété par la guêtre boutonnée ou lacée au bas seulement et ne descendant pas plus loin que la cheville. On rencontrait ce bragou bras aussi bien à Châteaulin qu'à Pleyben, Brasparts, Châteauneuf du Faou, Gourin, Carhaix ...

Il se fixait à la ceinture à l'aide du double bouton de bois ou de métal, mais souvent le maître de maison remplaçait le « boten bragou » par la clef de son armoire.

Le bragou se serrait à l'arrière par une cordelette, d'où le surnom de « fisel » donné dans les cantons de Carhaix, Rostrenen, Gouarec à ceux qui le portaient.

Quand l'homme était attablé à l'auberge, éméché quelque peu pour avoir bu trop de bon cidre, l'une des farces les plus coutumières consistait à couper les « ficelles » de son bragou. On devine les suites de cet amusement : dès que le buveur se levait, quittait sa place, la chute de ses « hannes » était accueillie par les éclats de rire et les quolibets de toute la salle.

Comme dans la région de Quimper, les bragou se portaient « cul dedans » (rer ar braz) ou « cul dehors » (rer ar mez) soit que la ceinture remontât haut sur les reins, soit au contraire – et c'était plus souvent le cas – qu'elle tombât sur les hanches et même au-dessous de l'abdomen.

M. Cadoret, tailleur à Rostrenen, petit-fils d'un quemener en son temps réputé, qui a conservé le souvenir précis de traditions dont il sait exalter l'intérêt et goûter le charme, nous a rapporté l'amusante scène qui suit :
Quand un jeune homme, dans une fête, invitait une jeune fille pour une gavotte ou un brall-kramm, le dialogue suivant s'engageait entre eux :
Voulez-vous faire un tour de danse avec moi ?
Oui, avec plaisir, répondait l'invitée.
Alors, prenez mon pen-bas, je vais faire un « lever » de mon bragou.
Et le jeune homme remontait en effet sur ses hanches la ceinture de sa culotte.

(...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=padraig1
Patrice Ciréfice
super posteur
super posteur
avatar

Nombre de messages : 3413
Localisation : Brasparts
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: Le costume des Hommes de Brasparts (1790-1930)   Mer 8 Fév - 10:21



Le costume montagnard en 1865

vu par Pol de Courcy



« Les montagnards sont uniformément vêtus de bure jaunâtre, c'est-à-dire de la couleur fauve de leurs montagnes. »



Ainsi que le fait remarquer Jos Le Doaré dans son étude sur l'évolution des costumes, c'est de la couleur brune du vêtement porté vers 1850 que vient le nom de « rouzik » porté par les habitants de la région de Châteaulin, même si « depuis des années le vêtement des hommes de Châteaulin, Pleyben et Brasparts est uniformément noir. »


C'est à partir de 1900 que la forme de la veste est modifiée pour apparaître comme sur la photo ci-après :


(photo Le Doaré)

(...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=padraig1
Patrice Ciréfice
super posteur
super posteur
avatar

Nombre de messages : 3413
Localisation : Brasparts
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: Le costume des Hommes de Brasparts (1790-1930)   Jeu 9 Fév - 11:55



Vers 1925, François Joncour fait également une description du costume braspartiate :

« Jusqu'à ces dernières années, on portait encore le costume qui avait remplacé le vieux costume en 1840, c'est-à-dire le pantalon, la veste descendant jusqu'au bas des reins, avec une seule rangée de boutons en corne ou en jais de chaque côté ; ceux-ci attachés à côté de fausses boutonnières avec de grandes pattes sur les poches.
Le gilet, bordé de larges bandes de velours, ainsi que les poches se double sur la poitrine ; vest et gilet en drap grenu noir, une ceinture de mérinos bleu sans attache apparente, tel était cet accoutrement avec une chemise de toile blanche empesée sur le devant, avec un col droit sans cravate. »

La disparition du costume s'est faite « de bas en haut » comme l'explique très bien Jos Le Doaré :

« 1° Les souliers de la ville ont d'abord remplacé les chaussures de campagne ou les sabots de bois ;

2° Le bragou bras a été remplacé dès 1880 par un pantalon uni ou à rayures dit pantalon à pont. Mais celui-ci a bien vite fait place au pantalon de ville à braguette ...;

3° la chupen a disparu vers 1910-1915, remplacé par un banal veston de confection sous lequel on a conservé quelque temps encore le gilet ;

4° Le col droit avec la chemise empesée est demeurée l'apanage d'un certain nombre de vieux, qui, aussi fidèlement, ont gardé, les dimanches et jours de fête, leur chapeau breton.

5° Les chapeaux enfin, qui furent remplacés définitivement par les casquettes ou bérets basques ... »



Notons que le costume masculin dispose de son vocabulaire propre :

TOK chapeau
TOK GANT VOULOUS ruban
ROJET chemise
GILLETEN gilet
CHUPEN veste
BRAGOU pantalon
GOURIZ ceinture
BOUTOU-KOAD sabots de bois

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=padraig1
Patrice Ciréfice
super posteur
super posteur
avatar

Nombre de messages : 3413
Localisation : Brasparts
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: Le costume des Hommes de Brasparts (1790-1930)   Sam 11 Fév - 12:58

Pour compléter ce sujet, voici deux dessins réalisés par Lalaisse et publiés dans la Galerie Armoricaine.
En 1794, Cambry écrivait que la pauvreté de cette région intérieure ne leur permettait que le seul usage des vêtements de toile grossière, fabriquée sur place : culottes, gilets, vestes, étaient taillés dans le même tissu d'un brun roux. La couleur rousse de cette toile a fait nommer les habitants de ce pays les "rouzig".
En 1843-44, Lalaisse entreprend son voyage en Bretagne. Il passera dans la vallée de l'Aulne, négligeant la montagne d'Arée, mais ses dessins nous apportent une image certainement proche des costumes qui y étaient portés.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=padraig1
christophe



Nombre de messages : 2
Localisation : Quimper
Date d'inscription : 22/10/2014

MessageSujet: Re: Le costume des Hommes de Brasparts (1790-1930)   Mer 22 Oct - 11:07

bonjour
Je vous fais partager un costume homme de ma collection vers 1900, il me manque la ceinture de flanelle bleue.
Cordialement


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
christophe



Nombre de messages : 2
Localisation : Quimper
Date d'inscription : 22/10/2014

MessageSujet: Re: Le costume des Hommes de Brasparts (1790-1930)   Ven 31 Oct - 7:16

Deux couples

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le costume des Hommes de Brasparts (1790-1930)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le costume des Hommes de Brasparts (1790-1930)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le costume des Hommes de Brasparts (1790-1930)
» Présentation du Costume Traditionnel de Brasparts
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» Pourquoi les hommes sont-ils heureux ?
» Magie des hommes-lézards

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de Brasparts :: un peu d'histoire :: Mémoire des Braspartiates-
Sauter vers: