Le forum de Brasparts

Bienvenue sur le forum de Brasparts
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Sujets similaires
Derniers sujets
news

Partagez | 
 

 TREVEZEL, un ROC’H, des Routes … et des Hommes !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean yves KERHOAS
novice
novice
avatar

Nombre de messages : 63
Localisation : PLEYBEN
Date d'inscription : 28/09/2010

MessageSujet: TREVEZEL, un ROC’H, des Routes … et des Hommes !   Jeu 30 Jan - 13:57

A ROC’H TREVEZEL, le panneau signalant l’un des plus beaux sommets de l’ARREE vient d’être retiré, ce panneau en béton implanté par les services de l’équipement en 1963 était l’un des témoins de la signalisation routière française des années 1920 à  1970 : les panneaux MICHELIN , de solides panneaux en béton armé et des inscriptions en faïence quasi indestructibles !






Ce panneau était doublement original : les locuteurs bretons étaient surpris de cette orthographie de « ROC » : un  roc bien français ! Une interprétation approximative comme bien souvent par les services de l’équipement dans les départements bretons.



Cinquante plus tard, l’erreur est réparée, un nouveau panneau métallique est installé au pied du ROC'H TREVEZEL




Mais on ne mentionne plus son altitude !!


Car ce qui a le plus intrigué les nombreux visiteurs, munis de leurs cartes et dépliants touristiques était de lire sur l’ancien panneau une altitude très précise de 364,62 mètres quand leurs documents affichaient 384 mètres, point culminant de Bretagne


De nombreux sites Internet reprennent allègrement cette altitude erronée






Perplexité des visiteurs : quelle est la vérité ?

En 1949, l’éminent géographe breton  ANDRE GUILCHER (né à BREST en 1913) écrivait dans les ANNALES BRETONNES








Pas de doute, en 1949, ROC’H TREVEZEL culminait déjà à 385 mètres et si les récentes mesures par GPS ne lui accordent « plus que  384,91 mètres » un concurrent autrefois ignoré, le ROC’H RUZ, devient le plus haut sommet de BRETAGNE (385,01 mètres) pour une bagatelle de douze centimètres !!







Gageons que de nouvelles mesures donneront des résultats différents, les pierres n’étant pas figées comme en témoignent ces deux photos prises à un siècle d’écart



((

Et comme l’assure la légende de  « HISTOAR AR POTIG SANT COZ » enregistrée à BRASPARTS par ANATOLE LE BRAZ vers 1893 et mise en ligne par PATRICE

Suivre le lien :


http://ville-brasparts.forum-actif.net/t524-histoire-du-vieux-petit-saint-par-anatole-le-braz

(Ou voir dans la rubrique : littérature, contes et légendes de BRASPARTS)



Le faîte de la BRETAGNE :






Vers le Nord, Une superbe vue sur tout le LEON et ses clochers,

Par beau temps, on peut voir le phare de l’île de BATZ, le ferry dans le port de ROSCOFF ou le clocher du KREISKER à ST POL de LEON !


Le ROC’H  TREVEZEL et sa dentelle d’aiguilles de grès et de schiste attire le regard des automobilistes empruntant la D 785, il est aussi rapidement accessible aux visiteurs, du parking au sommet en quelques minutes

















D’anciennes carrières d’ardoises




Refuges de CLAUDA JEGOU, le bien triste héros du roman d’YVES LEFEBVRE :

« CLAUDA JEGOU,  paysan de l’Arrée »



On ne quitte pas ROC’H TREVEZEL sans aller voir ses  deux proches voisins : le photogénique ROC’H AR VECHEC (339 mètres) à quelques centaines de mètres, direction BRASPARTS coté sud de la D785








Qui garde en mémoire  les plissements de la croute terrestre






Et à l’est : ROC’H AL LOGOTAER (autrefois : ROC’H HORZU - 374 mètres) et ses pointes acérées dressées vers les cieux






D’ où on découvre  ROC’H RUZ et ROC’H TREDUDON à l’est







Et à l’ouest : ROC’H TREVEZEL (et TUCHENN KADOR, à gauche sur la ligne d’horizon)







ROC’H TREVEZEL, c’était aussi le croisement des deux grands axes de circulation du Finistère :
La route nationale de BREST à ANGERS  et la route départementale de QUIMPER à MORLAIX   empruntaient ici le même parcours  sur quelques 500 mètres, on le voit ici sur cette carte d’état major  (la portion en pointillés blancs)







A cette époque (1820- 1875)  on attribuait à ‘’ROC’’ TREVEZEL une altitude  de 368 mètres !



Mais cette route nationale 164 était, avant 1848, l’ancienne « route royale  164 « reliant LANDERNEAU à ANGERS qui elle-même suivait au plus près, voire exactement, le parcours de la voie romaine Landerneau – Carhaix puis Carhaix Rennes

Comme on peut le vérifier sur la Carte de CASSINI (1756-1815)








Cette route nationale traversait le village de LITIEZ puis le bourg de LA FEUILLEE,
JACQUES CAMBRY le signale dans son VOYAGE DANS LE FINISTERE en 1794







Plus tard le tracé de la  nouvelle nationale 164 passera plus à l’est près du ROC’H TREDUDON tout en conservant le passage par LA FEUILLEE, les traces en sont encore visibles sur les panneaux routiers de 1966 à la sortie de cette  commune






A gauche : l’ancienne route royale 164 et  à droite : la ‘’ nouvelle’’ nationale 164 (qui en 1973, fut déclassée au profit du nouvel axe CARHAIX- CHATEAULIN)


L’ancienne route ‘’nationale- royale- voie romaine’’ au sud de ROC’H TREVEZEL est maintenant réduite à un simple chemin  à usage des agriculteurs et randonneurs






Un tracé en ligne droite






Une largeur définie en 1720







Ici, on mesure 10 mètres entre les fossés, ca qui apparait déjà bien suffisant à l’époque des diligences dans une contrée si éloignée de la capitale






Le pont « neuf » sur le ROUDOUHIR











Autre voie qui reliait les hommes, cette fois du sud au nord du département : la voie ferrée Rosporden-Plouescat ouverte en 1912 et fermée en 1933 ; c’était le fameux : « train patate »


Une ancienne carte postale JONCOUR des années 1920 nous le rappelle, comme ici au nord du ROC’H TREVEZEL, commune de PLOUNEOUR MENEZ (et non  ROC’H TREDUDON, commune de LA  FEUILLEE, comme indiqué sur cette carte postale)






on reconnait très bien les lieux sur la D 764 direction  SIZUN






 



Et sur cette photo satellite, on devine son emplacement qui longe la départementale, actuellement emprunté  par les randonneurs, l’association LICHEN de COMMANA l’entretenant régulièrement







FRANCOIS LIBRINI a mis en ligne une excellente étude de cette voie ferrée, pour ce qui concerne la seconde partie LOQUEFFRET- LANDIVISIAU suivre ce lien :


http://francois.librini.pagesperso-orange.fr/rospordenplouescat2.htm




Au pied du ROC’H TREVEZEL vécurent des hommes, ici  exista, jusqu’aux années 1930, une maison et une petite ferme ; à cet endroit si éloigné de toute présence humaine il fallait une volonté certaine pour y demeurer ; quand on sait que sur ce sommet le vent souffle fort tout au long de l’année  les hivers devaient être bien tristes et froids.






C’était la maison de « YOUENN » ici, le maitre des lieux tenait un estaminet où l’on ne servait que du cidre aux ouvriers des nombreuses ardoisières qui jalonnent les crêtes de COMMANA à la ROCHE ST BARNABE et particulièrement sur les versants Nord de ROC’H TREVEZEL  et de ROC’H TREDUDON (où on peut encore voir la dernière cabane d’ ardoisier entièrement construite en schiste à la manière des toits de LAUZES du PERIGORD)






A 344 mètres d’altitude, la maison de YOUENN était la plus haute de BRETAGNE !
Seule trace de cette présence humaine, quelques maigres plants de troènes, un arbuste non indigène à cet endroit !


Le facteur n’apportait que rarement son courrier à YOUENN, le receveur des postes de PLOUNEOUR MENEZ chargeait le plus souvent les enfants du bourg d’aller  le lui porter en traversant les 8 à 9 kilomètres de la montagne !

On voit encore les traces de cette maison sur les photos aériennes de 1950 (GEOBRETAGNE)






Vers 1950, c’est HERVE PRIGENT, dit : « SOLEIL », de LOC-EGUINER ST THEGONNEC qui entreprit la construction d’un mur et d’un cabanon en briques rouges sur le terrain jouxtant à l’EST la maison de YOUENN,



A PLOUNEOUR MENEZ, certains se souviennent encore de ce personnage un peu extravagant qui arrivait de son lointain village à vélo, le porte bagage chargé de briques, on suppose que ce lieu  lui permettait de jouir d’un panorama propice à la méditation.
Peut être vénérait-il BELENOS ? Le Dieu solaire dont la lumière venait à bout des brouillards et des monstres nocturnes


Car ici, il faut  être bien armé pour affronter les ténèbres des MONTS D’ ARREE qu’ANDRE GUILCHER nous décrit en quelques vers





Nous avons erré à travers l’Arrée
Et voici venu le crépuscule.
Le vent glacé soufflant à nouveau
Crie et hurle à travers la crête de la montagne.
Au dessus de BOTMEUR et de son sombre marais
Nous sommes montés aux rochers TREVEZEL
À la tête hideuse, muraille d’épouvante
Etranges comme les monts de la Lune



Toute la magie des MONTS D’ARREE en quelques mots !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
TREVEZEL, un ROC’H, des Routes … et des Hommes !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TREVEZEL, un ROC’H, des Routes … et des Hommes !
» Gare aux fromages géants au bord des routes suisses...
» [terminé] Un vagabond vagabondant... [routes 1-3-4 et chenal 2]
» L'étang de Miragoane déborde sur la route nationale numéro 2
» LE GERS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de Brasparts :: coin détente :: divers-
Sauter vers: