Le forum de Brasparts

Bienvenue sur le forum de Brasparts
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Sujets similaires
Derniers sujets
news

Partagez | 
 

 La dérobée de Brasparts - chanson et présentation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Patrice Ciréfice
super posteur
super posteur
avatar

Nombre de messages : 3413
Localisation : Brasparts
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: La dérobée de Brasparts - chanson et présentation   Jeu 19 Mar - 15:33

Dimanche dernier, les enfants de l'école Lazennec nous ont offert en guise d'ouverture du Kan ar Bobl une dérobée de Brasparts joliment interprétée. Mais en connaissez-vous les paroles?


Diwallit 'ta, diwallit 'ta, diwallit 'ta, da vestrez (bis)
Eul luron zo en dañs hag hennezh a laero (bis)

Laeret e neus, laeret e neus, laeret e neus da vestrez (bis)
Eul luron oa en dañs hag hennezh neus laeret (bis)

Pehini 'ta, pehini 'ta, pehini 'ta vo da vestrez ? (bis)
Unan, unan a mo pe unan me laero (bis)

Unan bleo du, unan bleo gwenn, pe unan a vleo melen (bis)
Unan, unan a mo pe unan me laero (bis)

Unan bioc'h pe unan treuz, pe unan gand hein kreuz, (bis)
Unan, unan a mo pe unan me laero (bis)

Unan vihan, pe unan koant, pe unan deuz va sentiment (bis)
Unan, unan a mo pe unan me laero (bis)

Kavet a meus, kavet a meus, kavet a meus ma vestrez (bis)
Unan a meus kavet, unan a meus laeret (bis)


Traduction:

Fais donc attention (surveille), fais donc attention,
Fais donc attention à ta fiancée (bis)
Il y a un voleur dans la danse et celui-là volera (bis)
Il a volé, il a volé, il a volé ta fiancée (bis)
Il y avait un voleur dans la danse et celui là a volé (bis)

Laquelle donc, laquelle donc,
Laquelle donc sera ta fiancée (bis)
J’en aurai une, j’en aurai une ou j’en volerai une (bis)

Une aux cheveux bruns, une aux cheveux blancs,
Une aux cheveux blonds (bis)
J’en aurais une, j’en aurais une ou j’en volerai une (bis)

Une les pieds en dedans, une tordue ou une au dos creux (bis)
J’en aurais une, j’en aurais une ou j’en volerai une (bis)
Une petite, une agréable ou une à mon goût (bis)
J’en aurais une, j’en aurais une ou j’en volerai une (bis)

J’ai trouvé, J’ai trouvé, j’ai trouvé une fiancée (bis)
J’en ai trouvé une, j’en ai volé une (bis)

Traduction de Jean Le CRANN – ST RIVOAL



Vouz pouvez retrouver les danses de Brasparts -et apprendre la dérobée, bien sûr:
- en vous rendant sur le site du Strollad Dañsou Gouesnou (lien sur le forum de Brasparts, dans la rubrique danse, mais aussi sur le portail). Les musiques et les chants sont également en ligne.
- en rejoignant le strollad Brasparz ! Les cours ont lieu le lundi de 20 h 30 à 21 h 30 et le samedi de 17 h 00 à 18 h 30. Vous serez les bienvenus!


Et encore bravo cheers aux enfants qui ont gagné le droit de participer à la finale de Pontivy! :aeter:

Voici le compte-rendu et la photo souvenir réalisés par Nathalie:

Dimanche après-midi, Brasparts a accueilli la « rencontre de pays » Monts d’Arrée ouest.

Brasparts sur la première marche Il s'agissait de la phase éliminatoire avant la grande finale du Kan ar Bobl, qui aura lieu à Pontivy les 4 et 5 avril. Dans la catégorie 'scolaire', 6 classes ont participé au concours. L'école bilingue de Sizun a présenté deux classes, l'école Diwan de Commana était présente avec 2 classes également et enfin les écoles de La Feuillée et Brasparts. Les enfants ont attendus avec impatience les résultats : C'est la classe de l'école Yves Lazennec, menée par Kristel Boedec, qui remporte le premier prix de cette catégorie. Le jury a apprécié, outre le choix de la 'Dérobée de Brasparts', l'implication des enfants et leur autonomie, la justesse du chant, la très bonne prononciation pour des non-bretonnants, que la très bonne gestion du tuilage. Le jury a souligné également le très bon travail de groupe et invite les enfants a continuer sur cette lancée. Le cycle 2 de Skol Diwan Commana est également sélectionné pour la finale à Pontivy.
Autres sélectionnés pour la finale En ce qui concerne les autres catégories (chant à écouter, chant accompagné, chant à danser, duos, solos, et groupe musical ) le jury, après avoir souligné la qualité et le bon niveau de toutes les prestations, a sélectionné pour la finale à Pontivy : le solo de harpe David Ploix ( 1er prix), le solo d'accordéon Erwan Le Meur et le solo violon Rex Dumbrall ( 2me prix ex aequo), le duo Sara et Mikael Coent- Léon ( 1er prix). Dans la catégorie 'kan ha diskan', Mathilde Bodériouet Paul Salaun remporte le 1er prix. Il n'y a eu aucune sélection dans les autres catégories.



Dernière édition par Patrice Ciréfice le Mar 25 Jan - 18:29, édité 4 fois (Raison : Compte rendu et photo de Nathalie)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=padraig1
Patrice Ciréfice
super posteur
super posteur
avatar

Nombre de messages : 3413
Localisation : Brasparts
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Kendalc'h à Brasparts   Jeu 28 Oct - 12:57

Non, la dérobée de Brasparts n'est pas morte.
Les enfants de l'école Lazennec nous ont montré qu'elle n'était pas oubliée et que sa mélodie était bien agréable... Les amateurs de festoù-noz et -deiz de la région la dansent de nouveau avec en-train et bonne humeur. Cette fois, ce sont les cercles de Kendalc'h qui l'ont mis à leur programme de danses pour cette nouvelle année...
Près de 80 danseurs de toute la Bretagne s'étaient donnez rendez-vous pour un présentation de cette danse. Présentation animée par le "référant", Michel Cazuguel, mais aussi par Ghislaine Le Fur et Christophe lesquels ont présenté une exposition de photos et de costumes de Brasparts. Tous les participants ont écouté avec une attention soutenue cette présentation du terroir de Brasparts-Saint Rivoal.












L'exposé de Ghislaine et Christophe fut tout particulièrement intéressant sur les costumes et nombreux sont ceux qui seraient bien restés un peu plus longtemps à leur écoute... A noter le présentation de le coiffe se deuil de Brasparts, coiffe que l'on retrouve sur le monument aux morts -portée par Marie Louise Le Saux.



Puis l'on passa à l'apprentissage de la danse, au plus grand plaisir des participants...



et des chanteurs!





A noter également les articles parus dans le Télégramme et Ouest France, dont voici les textes:

Le Télégramme
"Elle s'était éteinte provisoirement à la fin des années 1970, la Monfarine de Brasparts, avant de renaître en 1990, quand des cercles celtiques l'ont ramené à la lumière. Une danse joviale et drôle appelée aussi «dérobée». Accessible aux danseurs novices, elle met de l'ambiance. Ils étaient plus de 80, dimanche matin, à l'apprendre ou à la perfectionner en compagnie d'un spécialiste, Michel Cazuguel, àl'invitation de la fédération Kendalc'h.

Les danseurs ont ainsi pu découvrir cette danse au cours de laquelle un danseur surnuméraire dérobe, à l'occasion, la cavalière d'un autre danseur, qui à son tour devient donc le «voleur». Un jeu qui n'était parfois pas sans conséquences lors de certaines fêtes, à tel point qu'elle fut parfois interdite pour éviter des accrochages entre cavaliers sourcilleux. Rien de tel heureusement, dimanche, à Brasparts, où Kendalc'h, comme elle le fait régulièrement, organisait cette journée bien dans l'esprit de son action: développer et transmettre les danses traditionnelles et les chants. Une action que soutiennent plus de 13.000 membres, représentant plus de 140 groupes et 17 chorales, réparties dans les cinq départements de la Bretagne «historique», et même en région parisienne. Et dimanche, pour compléter l'information avant de passer à la pratique de cette danse, les participants ont eu droit à une introduction à l'histoire locale des monts d'Arrée en général et du pays braspartiate en particulier: coutumes, costumes, danses et chants. Histoire de se mettre dans l'ambiance avant de «voler» des cavalières avec entrain. "

Ouest France
"L'association Kendalch, dont une antenne est basée à Châteauneuf du Faou, organise régulièrement des stages mettant en avant des danses traditionnelles, quelque fois oubliées. Abandonnée provisoirement à la fin des années 1970, la « Monfarine » de Brasparts, ou plus communément appelé la dérobée, a été redécouverte par les cercles celtiques dans les années 1990. Dimanche 17 octobre, 80 personnes ont profité d'un stage présentant cette danse des monts d'Arrée. Michel Cazuguel, invité de la fédération Kendalch, a initié ces apprentis danseurs à cette technique particulière « ou un cavalier en surnombre, le voleur, se cache pour dérober à l'occasion la cavalière d'un autre danseur »."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=padraig1
Patrice Ciréfice
super posteur
super posteur
avatar

Nombre de messages : 3413
Localisation : Brasparts
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: La dérobée de Brasparts - présentation   Mar 25 Jan - 18:25

1.Les Pays traditionnels de Bretagne.



2.Le Pays Rouzig.



3.Le pays de Brasparts – Saint-Rivoal.




Les limites restent bien évidemment approximatives car les influences sont multiples.

Ce terroir peut s'expliquer :
- au plan humain: les liens avec Lopérec, Saint Cadou (en Sizun), voire Hanvec étaient nombreux (influences léonardes) mais aussi avec Pleyben, Loqueffret ou Lannédern (influence Cornouaillaise);
- au plan administratif : Saint-Rivoal est resté trève de Brasparts jusqu'en 1925 et la région de Botcador (aujourd'hui en Botmeur) a fait partie de la commune jusqu'en 1854;
- au plan économique: Brasparts était le point de rencontre des léonards et des cornouaillais lors des foires mensuelles. L'influence léonarde s'est même accentuée après guerre avec l'arrivée de nombreux jeunes Léonards (droit d'aînesse et partage égalitaire) à Saint-Rivoal notamment.
- au plan historique: le pays de Brasparts a longtemps dépendu de la vicomté du Faou dont il faisait partie du système défensif.

4.Une richesse exceptionnelle en matière de danses.

Outre la gavotte pied droit, dont la dérobée faisait partie autrefois, nous trouvons:
- la Dañs Leon (dañs a-benn) était un apport direct du pays de Sizun, avec un mouvement de bras légèrement différent de celui que l'on pratique aujourd'hui ;
- l'Aéroplane dont l'origine est incertaine. Jean Le Crann évoquait deux hypothèses:
* une danse importée de Haute Bretagne (les bretons des terres pauvres de l'Arrée circulaient beaucoup pour améliorer leurs revenus, fréquentant de nombreuses foires, lieux d'échange où se vendaient de nombreuses chansons sur feuilles volantes ;
* perpétuation d'une danse ancienne dans une région où la pratique de la danse n'a jamais été effacée par l'introduction des danses dites “modernes”.

5.Les Monfarines (ou Dérobées) du Finistère :




(carte établie par Ghislaine Le Fur)

- Sa zone d'extension selon J-M Guilcher.

La zone d'extension de cette danse mineure est restreinte et ne paraît pas se raccorder à celle des dérobées des Côtes d'Armor. Ses limites sont environs celles-ci: à l'ouest la route de Châteaulin au Faou, à l'est la route de Châteaulin à Huelgoat, au nord une ligne l'Hôpital-Camfrout, Saint-Rivoal, Brennilis et Poullaouen.

Dans la partie sud de Plougastel Daoulas, selon des danseurs du Cercle, elle aurait été également dansée mais cela n'a pas été noté par J-M Guilcher.

Dans la zone citée en 1er , elle apparaît très peu sous le terme Dérobée mais surtout sous le terme Monfarine ou “danse de la Farine” . On peut supposer que ce dernier surnom est une corruption récente du nom Monfarine.

Sur les communes d'Hanvec, Rumengol et L'Hôpital Camfrout, elle avait parfois l'appellation de “Dans al laer” à savoir danse du larron.

- la Monfarine ou danse de la farine:



Jean Michel Guilcher, dans son livre “La tradition populaire de danse en basse-bretagne”, écrit :
“Il n'est pas douteux que la dérobée -monfarine soit ancienne en quelques points du Finistère. Au Faou, probablement aussi à Châteaulin, elle aurait, au dire de quelques vieilles personnes, été connue dans la première moitié du XIXè siècle. Toutefois, même dans ces villes, elle paraît n'avoir tenue qu'une place fort peu importante.”

En ce qui concerne la dérobée de Brasparts, nous disposons du témoignage du poète Frédéric Le Guyader et de l'étude de Jean-Michel Guilcher.

Frédéric Le Guyader est un poète et écrivain, né le 17 mars 1847 à Brasparts. Après avoir vécu quelques temps à Paris puis en divers lieux de Bretagne, il s'installera à Quimper et y sera le conservateur de la Bibliothèque.
Dans un article intitulé “Noces bretonnes au pays de Cornouaille” en Octobre 1907, Le Guyader décrit une noce “dans l'arrondissement de Châteaulin, dans une bourgade charmante aux pieds des Monts d'Arrée (Brasparts)”, qui se déroule dans les années 1867-1869.
Il écrit : “après la gavotte, c'est le bal. Après le bal, la Monferine. Après la Monferine, figures très courtes de quelques minutes chacune, on va entamer le Jabadao...”
Dans un poème de “La chanson du Cidre”, “Mathurin l'aveugle”, il fera à nouveau allusion à la Monferine : “La gavotte comprend quatre espèces de figures qui se suivent : la Gavotte, le Bal, la Monferine et le Jabadao”.

“Au bourg de Brasparts seulement, écrit Guilcher, nous avons retrouvé le souvenir d'une suite réglée où elle figure. Il s'agit d'une suite de danses accompagnée aux instruments...”



- L'accompagnement musical :
Dans son article de 1907, Frédéric Le Guyader précise que cette danse est accompagnée par un couple de sonneurs.
De fait, jusqu'aux années 1950, la Monfarine était principalement sonnée.




Polig Monjarret dans “Tonioù Breiz-Izel” a recueilli un certain nombre d'airs de la danse “Montfarine de Brasparz”


Depuis les années 1950, la Monfarine (Dérobée) est chantée.
La dérobée de Brasparts a été dansée régulièrement jusqu'à la fin des années 70, et faisaient souvent le bonheur des danseurs à l'entrée des bals de noces...

6.Pour la petite histoire: D'où vient le nom de Monfarine ?


La monferina est une danse populaire originaire de Montferrat.


Giovanni Giannini dans son étude de 1888 sur les danses – et notamment la Monferrina – décrit le schéma de la danse ainsi :
“La danse se constitue en un cortège de couples. Puis l'on fait face à son partenaire, on s'en éloigne, on s'en rapproche, on tourne avec lui. Un jeu permet à un danseur en surnombre de dérober une danseuse.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=padraig1
Patrice Ciréfice
super posteur
super posteur
avatar

Nombre de messages : 3413
Localisation : Brasparts
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: La dérobée de Brasparts - chanson et présentation   Mar 1 Fév - 17:50



En collaboration avec l'association Kendalc'h, Héritage Culturel propose ....

A partir de samedi 5 février,
une exposition photos sur le Costume de Brasparts sera installée à la Bibliothèque F. Le Guyader et visible aux heures d'ouverture.
Elle sera complétée par une présentation de costumes sur pied par Christophe Le Guern le dimanche 13 février à partir de 15h30.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=padraig1
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La dérobée de Brasparts - chanson et présentation   

Revenir en haut Aller en bas
 
La dérobée de Brasparts - chanson et présentation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La dérobée de Brasparts - chanson et présentation
» Un mot, une chanson.
» La chanson qui fait kiffer les geeks
» HAITI ELECTIONS 2011: Michel Martelly, de la Chanson à l’Election
» Pour se réchauffer, petite chanson de La Réunion...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de Brasparts :: Espace Association :: Danse et chant-
Sauter vers: