Le forum de Brasparts

Bienvenue sur le forum de Brasparts
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Août 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
CalendrierCalendrier
Sujets similaires
Derniers sujets
news

Partagez | 
 

 Félicia Cléran, soeur Vincent, "Morte pour la France"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Patrice Ciréfice
super posteur
super posteur
avatar

Nombre de messages : 3413
Localisation : Brasparts
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Félicia Cléran, soeur Vincent, "Morte pour la France"   Jeu 13 Fév - 6:47



Félicia Laurence Cléran, fille de Corentin, instituteur à Brasparts, et de Florentine Marie Lazennec, est née au bourg de Brasparts le 2 septembre 1889.
A l'image de sa famille, Félicia est une enfant très intelligente qui obtint dès le 22 juin 1905, à l'âge de 15 ans, son brevet élémentaire pour l'enseignement primaire.





Institutrice, profondément croyante, elle se décide à entrer en religion et entre en postulat à l'hôpital central de Versailles, période qui précède son noviciat, dans la communauté des Filles de la Charité.
Elle y accède le 13 août 1911, et connaît sa période d'initiation, et de probation, à la vie religieuse. Pendant une première année à Versailles, elle y reçoit, en application de la règle de saint Benoît, l'expérience de la vie communautaire, imprégnant son esprit de la pensée et du cœur des religieuses qui l'entourent.
Elle reçoit l'habit de l'ordre le 22 mai 1912, adopte le nom de « Sœur Vincent »  et rejoint la Communauté de Bully-les-Mines où elle prononcera ses vœux le 15 août 1916.



Bully-les-Mines … Cette cité dépendait à l'origine de la ville de Grenay dans le Pas-de-Calais, commune minière intégrée dans la Compagnie des Mines de Béthune. Dans les années 1850, la découverte du charbon va bouleverser la région, augmentant considérablement la population. La première fosse de la compagnie démarre à Bully en 1852 et atteint la houille au début de 1853. A la demande de l'administration des houillères, les Filles de la Charité sont venues travailler au service des mineurs et de leurs familles.
La ville grandit chaque année, emplissant notamment le lieu-dit « Les Brebis ». Une première catastrophe minière en 1869 fit 19 victimes, dont des enfants de 9 à 15 ans...



La maison de la charité de Bully-Grenay a été créée en 1897. La Communauté, alors composée de 3 filles de la charité, s'installe sur le territoire de Loos-en-Gohelle, près du coron de la Corse. Jusqu'en 1914, au service de la population minière, la maison était ouverte à tous. Une sœur assurait l'asile en maternelle, une sœur dirigeait un ouvroir pour les jeunes filles et une autre visitait les pauvres et les malades à domicile et soignait les mineurs blessés. Toutes faisaient le catéchisme et s'occupaient des loisirs des jeunes filles et des enfants. Dès le début de la fondation, les sœurs encadrent l'école ménagère et accueillent les « filles de Fosse » après leur service, pour leur apprendre la couture et la cuisine.

Sœur Vincent rejoint Bully-les-Mines, et reçoit sa mission de « garde », instruisant en priorité les enfants et les occupant également avec des loisirs. Elle participe aussi avec ses collègues au soin des blessés. Comme il n'y avait pas d 'église à la Cité 5, la salle d'asile servait de chapelle pour les offices religieux, les mariages et les enterrements. Puis, quelques temps plus tard, elle devient infirmière des hôpitaux des mines de Béthune.
En 1914, la Communauté est riche de huit religieuses.



Lorsque la Grande Guerre éclate, Allemands, Anglais et Français s'affrontent ; bientôt un front s'installe dans le secteur de Grenay tenu par des unités anglaises. La maison de la Communauté est prise comme poste d'observation, puis détruite avec les cités. Les villes minières comme Lens sont totalement en ruine. Les Allemands achèvent de démolir ce qui a résisté tant au dehors qu’au fond. La capacité industrielle de la France est directement visée par l’ennemi.





*



Un hôpital auxiliaire n°47 de la Société de Secours aux blessés militaires est installé. Sœur Vincent va y vivre toute la période de la Guerre. Elle participera aux soins des blessés civils et militaires. Les bombardements allemands ne cessent guère et l'un des plus terribles fut celui du 21 juin 1915.  Les pertes civiles et militaires au cours de cette guerre furent lourdes : 90 civils, 404 soldats français, 547  britanniques et 166 canadiens périront au cours du conflit …





C'est en mai 1918 qu'apparaît la grippe espagnole, une épidémie qui se répand dans toute l'Europe. D'après les journaux de l'époque, elle aurait provoqué la mort de près de 20 millions de personnes. Mais ce n'est pas la seule. Nombreux sont les soldats évacués, atteints par la typhoïde, les leptospiroses (transmises par le contact de la peau et des muqueuses avec les urines de rats), la dysenterie bacillaire, …



Sœur Vincent a contracté une maladie à l'hôpital. Mise au repos, elle rejoint la maison de retraite des Filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul à L'Hay-les-Roses où elle décède le 13 février 1919.



Inhumée dans un premier temps à L'Hay-les-Roses, son corps est rapatrié à Brasparts et inhumé dans le tombeau de sa famille …








(photos et documents personnels transmis par Félicia et Jean Le Guillou, sa nièce et son neveu)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=padraig1
Patrice Ciréfice
super posteur
super posteur
avatar

Nombre de messages : 3413
Localisation : Brasparts
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: Félicia Cléran, soeur Vincent, "Morte pour la France"   Lun 15 Déc - 16:22



Pour compléter le texte ci-dessus, voici une information complémentaire. Félicia Cléran, sœur Vincent, fut inhumée à Brasparts le 18 juin 1922, avec deux autres Braspartiates morts pour la France : François Yvinec et Jean Louis Kerbrat.
D'autres Braspartiates morts pour la France avaient été inhumés à Brasparts quelques temps auparavant :
- François Orlac'h, le 26 mars 1921
- Yves Kerdevez le 27 avril 1921
- Grégoire Yvenat le 4 novembre 1921
- Pierre Marie Corre le 19 novembre 1921
- Yves Favennec le 9 mai 1922
et - Maxime Kerguelen le 27 mai 1922.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=padraig1
 
Félicia Cléran, soeur Vincent, "Morte pour la France"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'AI FAIT LE MORT POUR VOIR QUI DANSE SUR MA TOMBE (CAL)
» « Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il a vécu pour elle, elle est morte pour lui » ft. Febreeze || END
» Soeur pour toujours (Petite Lune) ::FINI:: suite dans la mer originelle
» Amy Winehouse est morte
» Sarkozy à la cérémonie pour la mort de Soeur Emmanuelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de Brasparts :: un peu d'histoire :: Mémoire des Braspartiates-
Sauter vers: